Conséquences des mesures fiscales

Le capital investissement a été marqué par une baisse des montants levés de 22% ainsi qu’une chute des investissements de 38% d’après le rapport de l’Association française des investisseurs pour la croissance (AFIC) et Grant Thornton.
Le capital investissement ne répond pas suffisamment aux demandes adressées par les entreprises : le montant de la collecte s’élève à 5 Md€ en 2012 (-22% par rapport à 2011). En moyenne, les besoins en fonds propres sont estimés à 11 Md€.
Les investissements s’élèvent à 6,1 md€ (-38%) tandis que le nombre d’entreprises élevés reste stable à une moyenne de 1500 en 2012.
Quelques chiffres

  • Capital-transmission : 3,6 5 Md€ en 2012 (-41% par rapport à 2011)
  • Capital-développement : 1,9 Md€ en 2012 (-34% par rapport à 2011)
  • Capital innovation : 0,4 Md€ en 2012 (-26% par rapport à 2011)

Selon Louis Godron, président de l’AFIC : « le problème réside dans l’insuffisance des fonds levés. (…) La solution est identifiée (…) : une meilleure orientation de l’épargne pour l’investissement dans le non-côté. (…) Il faudra une impulsion forte pour débloquer cette situation qui met en péril la capacité de la France à impulser les projets audacieux, sources de croissance et d’emplois. »
Thierry Dartus, Grant Thornton « Malgré ces mauvais résultats, l’industrie du capital-investissement aura contribué en 2012 à jouer son rôle prépondérant dans le financement de la croissance, en continuant à investir dans plus de 1500 entreprises. Il est urgent de donner au marché des transactions des signaux positifs d’inversion de la tendance. »

Consultez l’intégralité de statistiques professionnelles sur l’activité du capital investissement 2012 sur www.afic.asso.fr/statistiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.